Partie 2 : Une proposition de décentralisation et de gouvernance pour StarkNet
0x568B
July 15th, 2022

Initialement publié en anglais par StarkWare le 13 juillet, 2022.

Notre article précédent expliquait ce qu’est StarkNet, comment il est progressivement décentralisé, et fournissait un résumé de ses deux mécanismes de décentralisation. Cet article traite du processus de décentralisation de StarkNet, du rôle de la StarkNet Fondation et de la nécessité d’un nouveau token natif pour StarkNet. Enfin, il aborde d’autres considérations pour la gouvernance de StarkNet à l’avenir.

Principes de la décentralisation

La technologie STARK est mature et sécurisée, mais jusqu’à présent, elle a été mise en œuvre et utilisée principalement comme un service centralisé sur Ethereum (StarkEx), et une version Alpha d’un service décentralisé (StarkNet). StarkNet devrait être disponible comme un bien public vraiment permissionless, comme Ethereum, ou Internet. Nous nous engageons donc à poursuivre la décentralisation de StarkNet et les quatre principes suivants pour guider le changement :

Liveness. StarkNet ne s’appuiera pas sur une seule société comme opérateur. Les entreprises peuvent cesser d’exister ou décider de cesser de desservir le réseau. Après la décentralisation, de tels scénarios ne feront pas tomber StarkNet.

Censorship resistance. Une seule entreprise peut théoriquement décider, ou être contrainte, de censurer certaines transactions et smart contracts tout en exécutant d’autres. StarkNet utilisera un modèle décentralisé pour se prémunir contre un tel scénario.

Transparence. Les mises à niveau et la maintenance des softwares font inévitablement partie de tout service décentralisé. Ces mesures doivent faire l’objet d’une discussion transparente, afin que la communauté soit informée et ait le contrôle de la technologie. La communauté élargie des utilisateurs, exploitants et développeurs de StarkNet doit travailler collectivement pour déterminer les mises à niveau et la maintenance à travers un processus transparent, équitable, participatif et inclusif.

La créativité. StarkNet doit permettre à tout développeur de participer à la construction de son infrastructure de base et de ses applications, afin d’éviter la monopolisation et d’accroître les utilisations créatives et socialement bénéfiques des blockchains à grande échelle.

La décentralisation est un problème difficile qu’il ne faut pas aborder à la hâte. La proposition de gouvernance de StarkNet, présentée ici, est susceptible d’évoluer et de changer au fil du temps. Ce qui suit n’est que sa première itération.

Fondation

La Fondation sera une organisation à but non lucratifayant une mission, et recevra des tokens StarkNet (voir le prochain post). Nous prévoyons que la mission de la Fondation sera de maintenir StarkNet comme un bien public. StarkNet est une infrastructure permissionless qui devrait être accessible à tous. Il doit être bien entretenu pour être sûr et efficace à l’usage du public. Elle ne doit pas non plus faire de discrimination entre ses utilisateurs, ses exploitants et ses développeurs. La Fondation s’attachera à promouvoir les objectifs de décentralisation décrits ci-dessus : liveness, censorship-resistance, transparence et créativité.

Liveness et censorship-resistance de StarkNet sont mieux réalisées par un consensus permissionless et décentralisé à travers une élection de chef proof-of-stake pour séquencer et prouver les transactions compressées par STARK. Bien que ce mécanisme est automatisé, il s’appuie sur le bon fonctionnement du software de protocole exécuté par des nœuds sur le réseau ainsi que la validité et la vie continue de la blockchain Ethereum sous-jacente. Par conséquent, la Fondation servira également de ressource pour le développement continu, la documentation et la publication de ce software de protocole, en particulier en ce qui concerne les corrections de bugs et les améliorations d’efficacité.

Au-delà de la maintenance courante, nous prévoyons des débats animés au sein de la communauté sur les changements de fonctionnalités ou d’autres améliorations plus fondamentales du protocole. Ceci est inévitable dans les systèmes permissionless, comme en témoigne historiquement par le débat de taille de bloc de Bitcoin, Ethereum proof-of(stake merge, et de nombreux autres exemples à travers l’écosystème crypto-monnaie. Ces décisions de développement software ne se limitent pas à des calculs objectifs et à des gains d’efficience, mais impliquent plutôt des jugements de valeur subjectifs et des compromis de fonctionnalité. Dans de nombreuses communautés blockchain, ces décisions sont prises de manière informelle, sans règles claires de débat ni processus de prise de décision. Même une non-décision est une décision qui favorise le statu quo. Pour éviter ces problèmes, la mission de la Fondation comprendra également l’élaboration, la mise à l’essai et la mise en œuvre de processus décisionnels communautaires pour résoudre des questions technologiques essentielles. Ce mécanisme sera au cœur des délibérations sur la mise à jour des protocoles, le règlement des différends et le financement des biens publics. La Fondation favorisera la transparence en diffusant l’information nécessaire à la prise de décisions et conservera une archive de cette information pour consultation ultérieure.

Pourquoi un token ?

StarkNet a toujours été envisagé comme un protocole géré par la communauté, mais il n’y a pas eu de façon claire de définir qui compose exactement cette communauté. Le token permettra aux partisans de la communauté qui effectuent des travaux qui ont contribué à la réussite de l’écosystème de jouer un rôle dans la gouvernance de cet écosystème.

En outre, un service équitable, ouvert et censorship-resistant n’est possible que si plusieurs parties se présentent en concurrence pour effectuer des travaux qui alimentent le service décentralisé, et cela ne peut être garanti que si ces travailleurs sont rémunérés pour leur rôle d’opérateurs du réseau.

Par conséquent, il est nécessaire d’inclure des tokens dans une technologie de réseau comme StarkNet. Et bien qu’il soit possible de résister à la censure des paiements en utilisant un token non natif existant, par exemple Bitcoin ou Ether (ETH), nous pensons qu’une telle approche ne permettrait pas avec le temps aux utilisateurs du réseau de disposer d’une communauté distincte et d’une voix dans les décisions.

Un token natif qui récompense les membres de la communauté qui développent le réseau fera progresser l’écosystème à un point tel que l’utilisation d’un token non-natif ne le fera pas. De plus, si le token n’est pas natif, les chocs économiques causés par des décisions prises dans d’autres écosystèmes pourraient affecter le service de StarkNet et ses utilisateurs et fournisseurs.

À quoi servira le token ?

Le token constituera le mécanisme d’exploitation du réseau (frais), de maintien et de sécurisation du réseau (participation par un consensus) et de décision sur ses valeurs et ses objectifs stratégiques (gouvernance).

Frais de transaction : Actuellement, les frais de StarkNet sont payés en Ether (ETH). Mais plus tard, nous prévoyons que les frais seront payés exclusivement avec le token StarkNet natif. Pour favoriser l’expérience utilisateur, des mécanismes automatisés et décentralisés on-chain permettront aux utilisateurs de payer des frais en ETH.

Staking : Certains services essentiels à la vie et à la sécurité de StarkNet peuvent nécessiter le staking de tokens StarkNet. Ces services peuvent inclure le séquençage, l’obtention d’un consensus temporaire de L2 avant que la finalité de L1 ne soit atteinte, les services STARK-proving et la data availability mis à disposition, pour ne nommer que quelques exemples. Nous prévoyons une décentralisation de ces services en 2023.

Gouvernance : Les propositions d’amélioration de StarkNet nécessiteront un seuil minimal de token symbolique, qui sera défini ultérieurement. Il faudra voter, directement ou par délégation, pour toutes les modifications au protocole qui sont essentielles à la vie, à la sécurité et à la maintenance de StarkNet. Par exemple, toutes les mises à jour majeures du système d’exploitation StarkNet nécessiteront l’approbation des holders de tokens.

Réflexions finales sur la gouvernance

Les mécanismes de gouvernance décentralisée en sont encore à leurs balbutiements et aucun projet dans ce domaine ne nous a fourni un modèle convaincant d’émulation. Le vote régulier et direct par tous les holders de tokens est-il la meilleure voie ? Il est relativement simple de le concevoir comme un mécanisme technologique, mais il peut s’avérer lourd et favoriser injustement les holders d’un grand nombre de tokens plutôt que les personnes qui utilisent activement le réseau.

Au moment d’envisager la meilleure approche, nous suggérons de considérer les freins et contrepoids entre plusieurs structures distinctes qui tirent leur autorité de la communauté des holders du tokens StarkNet

Nous recommandons également aux holders du tokens StarkNet de faire bon usage de l’expertise des développeurs principaux. Dans tous les écosystèmes de blockchain, les développeurs principaux jouent un rôle central dans la sécurisation, la maintenance et l’avancement de la technologie sous-jacente. Par conséquent, il vaut la peine d’envisager de leur confier un rôle officiel dans le processus de gouvernance.

Le troisième article de cette série décrit la conception du token StarkNet : les principales considérations de conception du token, et les différentes phases d’attribution des tokens.

Traduction faite par @cleminso

Arweave TX
OLX3dnfKrNFMSjtGgfatry6ZZyb5OtYXcgikMEaFlwM
Ethereum Address
0x568B12eBBE85521D2cd8a2C9B7a8EF3f48aa2d66
Content Digest
ri0JH98eBkD5RIJ87Gz8uKBShk4GIASYUHzvOJlFSD0